Understanding Prejudice
Understanding Prejudice
Return Home

Reading Room

Exercises and Demonstrations
Multimedia Center
Teacher's Corner
Directory of Experts
Organizations
Links on Prejudice
About Us
Privacy Policy
Contact Us

Reading Room
La psychologie des préjugés: Un aperçu

III. Discrimination

Malgré le fait que plusieurs pays aient institué des lois pour le respect des droits civils depuis les 50 dernières années, la discrimination continue d’être un problème grave à travers le monde – même dans des pays démocratiques affirmant l’idéal de l’égalité. Voici quelques exemples de discrimination aux États-Unis:
  • Selon une analyse de plus de 100 études par l’Institut américain de médecine («U.S. Institute of Medicine»), la discrimination contribue aux différences raciales dans les soins de santé et aux taux de mortalité plus élevés chez les groupes minoritaires en ce qui a trait au cancer, aux maladies cardiaques, au diabète ainsi qu’au SIDA (Smedley, Stith, & Nelson, 2002).

  • Les Noirs et les Hispaniques doivent dépenser en moyenne 3000$ de plus que les Blancs pour trouver et acheter la même maison (Yinger, 1995), reçoivent souvent des peines plus sévères que les Blancs pour la même infraction criminelle (Mauer, 1999), et sont moins susceptibles d’obtenir un emploi que des postulants blancs ayant une formation comparable (Turner, Fix, & Struyk, 1991).

  • Les femmes gagnent une moyenne de 0,76$ pour chaque dollar gagné par un homme (Bowler, 1999) et font face à de la discrimination au travail, à un tel point que plusieurs situations ont donné lieu à des règlements valant des centaines de millions de dollars (Molotsky, 2000; Truell, 1997).

  • Une étude du Département américain de justice («U.S. Department of Justice») trouva que les dispositions prises pour que les gens handicapés puissent avoir accès à différents lieux étaient violées dans 98% des développements immobiliers scrutés (Belluck, 1997).
Malgré que la discrimination soit fréquente, un des obstacles à surmonter est, bizarrement, la difficulté qu’ont les gens à la détecter à un niveau personnel. Comment cela se fait-il? Premièrement, les individus ne peuvent se servir d’eux-mêmes comme groupe témoin et tester s’ils seraient mieux traités en étant un membre de groupes plus privilégiés (Fiske, 1998). En second lieu, la discrimination est plus facile à détecter lorsqu’il existe un ensemble de preuves plutôt que seulement des cas isolés, car il est facile de trouver une explication convaincante pour des cas isolés (Crosby, 1984). Troisièmement, les individus peuvent nier la discrimination pour empêcher de se sentir comme étant maltraités par les autres ou de sentir comme n’ayant aucun contrôle sur leur situation (Ruggerio & Taylor, 1997; Taylor, Wright, Moghaddam, & Lalonde, 1990). À cause de toutes ces raisons et plusieurs autres, les femmes et des groupes minoritaires sont plus susceptibles de percevoir la discrimination affectant leur groupe plutôt que celle qui les affecte personnellement (Crosby, 1984; Taylor, Wright, & Porter, 1994).


Page précédente
Page 20 de 27
Page suivante