Understanding Prejudice
Understanding Prejudice
Return Home

Reading Room

Exercises and Demonstrations
Multimedia Center
Teacher's Corner
Directory of Experts
Organizations
Links on Prejudice
About Us
Privacy Policy
Contact Us

Reading Room
La psychologie des préjugés: Un aperçu

Homogénéité de l’exogroupe

Un proche parent de l’assimilation est le «phénomène d’homogénéité de l’exogroupe». Dans le jargon de la psychologie sociale, un «endogroupe» est un groupe auquel un individu appartient et un «exogroupe» est un groupe auquel la personne n’appartient pas (donc, l’endogroupe d’un individu peut être l’exogroupe de quelqu’un d’autre et vice versa). Les recherches sur le phénomène d’homogénéité de l’exogroupe ont démontré que les gens voient les attitudes, valeurs, traits de personnalité et autres caractéristiques des membres d’un exogroupe comme étant plus semblables que ceux des membres de l’endogroupe. Il en découle que les membres d’un exogroupe sont plus susceptibles d’être perçus comme étant interchangeables ou faciles à remplacer, et qu’ils sont plus susceptibles d’être englobés dans des stéréotypes. Cette perception de similitude est vraie peu importe si l’exogroupe est d’une autre race, religion, nationalité, majeure à l’université ou autre groupe présent dans la nature (Linville, 1998).

Dans l’une des premières études tentant de documenter le phénomène d’homogénéité de l’exogroupe, des chercheurs de l’université Princeton ont demandé à des étudiants étant membres de quatre différents «clubs de dîneurs» d’évaluer les membres de leur propre groupe et des trois autres groupes sur des dimensions de leur personnalité telles que introverti-extraverti et arrogant-humble (Jones, Wood, & Quattrone, 1981). Les résultats démontrèrent que les étudiants évaluaient les membres de leur groupe comme ayant des personnalités plus diverses que les membres hors de leur groupe -- peu importe à quel groupe les étudiants appartenaient. Des études subséquentes sur l’homogénéité de l’exogroupe trouvèrent que le phénomène est plus fort lorsque l’endogroupe et l’exogroupe sont de groupes durables, créés dans la vie de tous les jours (plutôt que des groupes créés artificiellement pour des expériences en laboratoire), et lorsque les membres de l’endogroupe sont nombreux (Mullen & Hu, 1989). Si l’endogroupe est petit et que les attributs du groupe sont importants à son identité, le phénomène d’homogénéité de l’exogroupe peut s’estomper ou même s’inverser (Simon, 1992; Simon & Pettigrew, 1990).

Comment se fait-il que les exogroupes soient généralement perçus comme étant plus homogènes que les endogroupes? Il est possible que cela soit dû au fait que les gens ont moins de contacts avec les membres de l’exogroupe qu’avec les membres de l’endogroupe, et en effet, il y a de bonnes preuves supportant cette explication (Islam & Hewstone, 1993; Linville & Fischer, 1993). Par contre, la quantité d’interactions ne peut pas expliquer à elle seule le phénomène d’homogénéité de l’exogroupe puisque certaines études ont découvert que ce phénomène n’est pas relié au nombre de membres de l’endogroupe et de l’exogroupe qu’une personne connaît (p.ex., Jones, Wood, & Quattrone, 1981). De plus, les perceptions d’homogénéité dans l’exogroupe peuvent être trouvées parfois chez des groupes se côtoyant abondamment, tels les hommes et les femmes (Park & Rothbart, 1982; Park & Judd, 1990). Lorsque les hommes se plaignent que «toutes les femmes sont pareilles» et que les femmes se plaignent que «les hommes sont tous les mêmes», leurs accusations proviennent rarement d’un manque de contact.

Le phénomène d’homogénéité de l’exogroupe s’explique mieux par une multitude de facteurs. En plus du fait que les gens ont plus de contacts avec les membres de leurs endogroupes, ils ont tendance à organiser et à se rappeler d’informations à propos des endogroupes en termes d’individus plutôt que des caractéristiques abstraites (Ostrom, Carpenter, Sedikides, & Li, 1993; Park & Judd, 1990). Dans plusieurs cas, les personnes sont plus motivées à voir des différences entre les membres des endogroupes car elles auront à les côtoyer dans le futur (Linville, 1998). Lorsque tous ces facteurs interagissent, le résultat final est un endogroupe qui semble être composé d’individus divers et un exogroupe qui semble homogène et sans différence entre les membres.


Page précédente
Page 6 de 27
Page suivante